Histoire des arts

S’inscrire en Histoire des Arts, c’est parcourir le temps à travers des œuvres d’art  et fonder un regard critique et sensible sur une culture ouverte à notre monde contemporain.
Une approche croisée de domaines d’expression comme la peinture, la photographie, le cinéma, la danse, la musique, l’architecture, le design …
L’enseignement en Histoire des Arts propose à la fois de découvrir un patrimoine national et international, et aussi d’envisager des perspectives professionnelles concrètes.
La pratique personnelle encadrée des élèves s’effectue  par un travail de recherche, d’enquête, la rédaction d’articles et de dossiers sur des œuvres choisies, accompagnés de photographies personnelles  de préférence.                                                                                                                                                                    

 Des sorties sont proposées : musées, concerts, cinéma… Des voyages également : Paris, Berlin…

L’Histoire des Arts est l’une des spécialités artistiques du bac L. Suivre l’enseignement de spécialité Histoire des Arts peut se faire dès la classe de première et même dès la seconde sous l’appellation EDE Patrimoine , mais l’élève peut l’intégrer également en terminale, sur décision du conseil de classe. Les cinq heures hebdomadaires s’organisent selon des modalités propres à chaque établissement, mais toujours selon les programmes en vigueur.

En seconde Création et Activités Artistiques – Patrimoines

1h30 d’enseignement hebdomadaire.

Associant repères historiques, culture artistique et découvertes patrimoniales locales, le programme permet d’enraciner réflexions et savoirs autour des fondements de notre monde contemporain.

Périodes :
De l’Antiquité gréco-romaine au Moyen-âge, jusqu’à la Renaissance.

Institutions culturelles et acteurs du patrimoine (artistes, musées, collections,…) complètent la partie « Création et activités artistiques ».

Les objectifs en seconde :
 

·Eduquer le regard

·Apprendre à décrire

·Repérer les signes de l’histoire

·Eclairer sa sensibilité 

·Identifier l’héritage du passé

 



En première HIDA de spécialité 

Horaires selon les textes officiels : Option de spécialité Histoire Des Arts (BAC L) : 5h / semaine

·Découvrir le XIX° et le début du XX°, époques de révolutions politiques,  technologiques, philosophiques, et artistiques.

·Etudier les grandes tendances de l’art occidental  (Du Romantisme aux avant-gardes du début du XX°, jusqu’aux expressions artistiques du milieu du XX°).

·Aborder les mutations socio-artistiques au XX° qui fondent notre monde contemporain.

·Circulation des œuvres, utopies architecturales et urbaines, institutions culturelles, statut de l’œuvre et de l’artiste sont les questions fondamentales abordées pour couvrir la période allant de 1815 à 1939.

 

 

 

En Terminales HIDA de spécialité

Horaires selon les textes officiels : Option de spécialité Histoire Des Arts (BAC L) : 5h / semaine

Les enjeux de l’année de terminale s’ancre sur les  épreuves du BAC (coefficient 6) ainsi que sur une  réflexion sur notre monde actuel.
3 axes majeurs pour se préparer:

· «Un artiste et son temps»: Michelangelo Buonarroti (1475-1564) dit Michel-Ange, sculpteur, peintre, architecte, poète et humaniste

·- Questions et enjeux esthétiques : L'Art et le sacré

·Partant du principe que « la notion de sacré [est] une notion sociale, c'est-à-dire un produit de l'activité collective » (Marcel Mauss), l'étude des rapports entre l'art et le sacré, dans le cadre de l'enseignement de l'histoire des arts, englobe non seulement les genres artistico-religieux communément regroupés sous le qualificatif générique d'« art sacré », mais encore tout ce par quoi l'art exprime « le sacré [...] comme une catégorie de la sensibilité » (Roger Caillois), « un élément dans la structure de la conscience » (Mircea Eliade).

·À l'aide d'exemples choisis dans une diversité aussi grande que possible d'époques, de domaines artistiques et de civilisations, d'objets et d'édifices cultuels ainsi que d'œuvres d'art, il s'agira : tout d'abord, d'étudier la relation complexe qu'entretient l'art avec le fait religieux, notamment dans une fonction véhiculaire ou illustrative des textes sacrés ; puis, de considérer son apport à des rituels relevant d'une acception soit strictement religieuse, soit plus largement anthropologique, voire laïque, de la notion de sacré ; enfin, de s'interroger sur la manière dont l'art devient lui-même objet de sacralisation à l'époque contemporaine.

·La question s'organisera donc autour des trois axes ainsi dégagés :

·- représentations artistiques du sacré ;

·- l'art, partie prenante du rite ;

·- la sacralisation de l'art.

 

 

 

 

·- Arts, ville, politique et société : L'Art Nouveau

·Abondamment moqué avant d'être consacré comme une étape de l'épopée des avant-gardes, l'Art Nouveau – qu'on l'appelle ainsi ou bien, selon les déclinaisons nationales, Modern Style, Modernismo, Jugendstil ou Secession – innove non seulement par son imagination formelle mais aussi par son inventivité technique, le rôle primordial qu'y jouent les arts décoratifs et appliqués et la réponse qu'il apporte à l'évolution des sensibilités et des modes de vie au tournant du XXe siècle – évolution dont témoignent architecture, littérature, musique, photographie, cinéma naissant et arts de la scène, sans oublier la mode vestimentaire ou la chanson.

·Trois axes organiseront une étude qui s'attachera, d'une part, à donner des repères sur les formes que prend ce mouvement artistique à travers l'Europe, avec ses artistes, manufactures et ateliers majeurs, et, d'autre part, à repérer ses avatars dans les objets du quotidien et bâtiments de proximité :

·- centres européens de l'Art Nouveau : Barcelone, Bruxelles, Glasgow, Nancy, Vienne ;

·- l'Art Nouveau, un art de vivre ;

·- l'Art Nouveau à côté de chez soi.

 

 

 

 

 

Blue Flower

2020  Lycée Pasteur  ©  globbers joomla templates 3